Université du Québec à Montréal
RADICAL

La Tchén'ssâ, les régions et moi: entretien de Samuel Mercier avec Samuel Archibald

Articles des chercheurs
Année de parution:
2015

Samuel Mercier: Quelques années ont passé depuis le numéro spécial de Liberté «Les régions à nos portes» (dans lequel tu publiais un essai sur la question) et l’article de Benoît Melançon sur la Tchén’ssâ. Quels ont été, selon toi, les impacts de tout ce bruit entourant ton oeuvre et aussi celle des auteurs qui ont été associés au phénomène?

Samuel Archibald: Le premier impact aura sûrement été la constitution institutionnelle d’un ensemble flou et réduit souvent à des préjugés ou à des lectures cursives. Contrairement à Benoît Melançon, je ne pense pas que la dimension ironique de l’étiquette «École de la Tchén’ssâ» ait échappé à qui que ce soit. Pas au début, en tout cas. Elle était très claire pour tous les écrivains qui ont joué de l’étiquette. Elle n’a pas échappé non plus à la critique: d’être essentiellement une posture ironique, c’est ce que David Bélanger reprochait à la Tchén’ssâ dans l’entrée de son blogue Ils sont partout. Et il n’avait pas tort.

Suite en format pdf.

*

Cet article a d'abord été publié dans la revue Québec français (vol. 175) en 2015.

Fichier attachéTaille
tchenssa.pdf592.92 Ko
Pour citer ce document:
Archibald, Samuel et Samuel Mercier. 2015. « La Tchén'ssâ, les régions et moi: entretien de Samuel Mercier avec Samuel Archibald ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/la-tchenssa-les-regions-et-moi-entretien-de-samuel-mercier-avec-samuel-archibald>. Consulté le 21 juin 2018. Publication originale : (Québec français. 2015. vol. 175, p. 97-99).
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Figures et Imaginaires:
Classification