Colloque

Mise en fiction du luxe et critique de l’économie autour de 1900

Vendredi 18 Mars 2011

En 1857, Flaubert décrit avec Emma Bovary un personnage qui est peut être la première acheteuse compulsive de l’histoire littéraire. Pour Emma, les objets ne cessent d’offrir des promesses toujours neuves, de grands vases de verre bleu à mettre sur la cheminée, un prie-Dieu gothique, de petites pantoufles de couleur grenat avec une touffe de ruban large qui s’étale sur le coup de pied, un foulard de soie algérienne pailleté d’or, même un mobilier de salle à manger entre-aperçu chez le notaire alors qu’Emma est presque ruinée et court après l’argent. Tout cela ouvre, toujours pour Emma, autant d’horizons lumineux vers une vie autre, vers une identité enfin trouvée. Mais, évidemment, il s’agit là d’autant de tromperies qui mènent a la ruine financière et a la faillite et dont les séductions et le fonctionnements se trouvent de la sorte mis-à-plat et objectivés par le texte flaubertien.

Pour citer ce document:
Sicotte, Geneviève. 2011. « Mise en fiction du luxe et critique de l’économie autour de 1900 ». Dans le cadre de Économie et fictionnalité dans la France moderne et contemporaine, XIXe-XXIe siècles. Colloque organisé par Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université Concordia, 18 mars 2011. Document vidéo et audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/mise-en-fiction-du-luxe-et-critique-de-leconomie-autour-de-1900>. Consulté le 24 avril 2019.
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification