Journée d'étude

D'un topos impossible à l'utopie: réflexion sur l'absence spatiale dans l'oeuvre de Jean Echenoz

Participants:
Vendredi 16 Mars 2018, 09:15

 

Présentation de la communication

«J’ai décidé de réfléchir à l’absence à partir de deux constants, deux constats qu’on ne peut manquer d’établir lorsqu’on fréquente l’œuvre d’Echenoz et ce sont deux constats qui sont régulièrement rappelés par la critique.

Le premier est que Jean Echenoz fait partie de ces auteurs qui font de la vie quotidienne un matériau romanesque à part entière. On peut le considérer de ce point de vue comme le successeur de Perec dont les écrits font une large place à l’infra-ordinaire, c’est-à-dire “ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel”.

Le second constat, c’est que Jean Echenoz est un cartographe et que rares sont les régions du globe qui n’apparaissent pas sous sa plume. L’Europe, l’Asie, l’Amérique latine, le Pôle Nord et même la Voie lactée accueillent les intrigues du romancier et son œuvre est marquée par un foisonnement de mouvements dans l’espace.»

 

Archive audio de la communication

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Ieven, Émilie. 2018. « D'un topos impossible à l'utopie: réflexion sur l'absence spatiale dans l'oeuvre de Jean Echenoz ». Dans le cadre de L'absence chez Jean Echenoz. Journée d’étude organisée par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 16 mars 2018. Document audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/dun-topos-impossible-a-lutopie-reflexion-sur-labsence-spatiale-dans-loeuvre-de-jean>. Consulté le 15 décembre 2018.
Aires de recherche:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification