Université du Québec à Montréal
RADICAL

Action! Imaginaire de la performance et de la performativité dans la théorie, l’art et la société

Action! Imaginaire de la performance et de la performativité dans la théorie, l’art et la société

2 sur 7

Journée d’études organisée par l'équipe de recherche RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l'imaginaire contemporain) et le centre de recherche Figura sur le texte et l'imaginaire.

Quand : 6 février 2014

Lieu de l’évènement : Salle des boiseries de l’UQAM, local J-2810, 2e étage du pavillon Judith-Jasmin (405, rue Sainte-Catherine Est, Montréal).

Programme de la journée
9h00 Bienvenue
9h20 Mot de présentation : Sylvano Santini et Yan St-Onge
Séance 1 : Rhétorique et interprétation
9h40 Francis Gauvin (UQAM) : «La rhétorique comme établissement de valeurs : l’expérience performative de Dogville»
10h10 Sophie Castonguay (UQAM) : « La réception à l’œuvre; création de prothèses interprétatives ou l’urgence de soigner la réception – pour un devenir-citoyen du spectateur »
10h40 Pause 

Séance 2 : Sexe, genre et identité
11h00 Bruno Laprade (UQAM) : «D’une Butler à l’autre : quelle évolution pour la performativité queer?»
11h30  Alain Ayotte (UQAM) : «Performer la pornographie dans le contemporain : de l’identité à la résonance»

Période de questions et de discussions sur la première moitié de la journée

Séance 3 : Polémique et politique
13h45 Jonathan Lamy (CRILCQ Université Laval) et Karine Turcot (artiste): «L’art de performance est-il une menace pour la société ? Réflexions autour de l’affaire Dulac»
14h15 Victoria Raileanu (Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec) : «Performance 2013 : des nouvelles de l’Est»
14h45 Pause

Séance 4 : Appropriation et interprétation
15h05 Louise Lachapelle (Collège de Maisonneuve / FIGURA) : «L’atelier fait terrain : la performativité de la recherche-création, pratiques poétiques et éthique de la connaissance»
15h35 The TwoGullivers (UQAM) : « Re-enactment : usure et théâtralité de la performance »
Période de questions et de discussions sur la deuxième moitié de la journée

Turcot, Karine. 2011. «Le pêché originel: de l’émotion à une histoire de la classification»
Crédit:
Turcot, Karine

Turcot, Karine. 2011. «Le pêché originel: de l’émotion à une histoire de la classification» [Photographie]

JOUR 1 de la performance de Karine Turcot dans le cadre de l'événement «Cabaret exponentiel» de Péristyle Nomade, commissaire Nico Rivard.

Description

Dans un grand nombre de champs du savoir, la performance et la performativité jouent un rôle important depuis la seconde moitié du XXe siècle. Ce qui témoigne, sans nul doute, d’une tendance vaste et générale à faire ou poser le regard sur le faire des choses plutôt qu’à les représenter, qu’à les contempler à distance. Ces concepts pourtant doivent être distingués pour éviter tout malentendu, car s’ils indiquent une action qui intervient dans le monde réel, ils renvoient à des intentions, des objectifs et des effets différents selon les domaines. La notion de performance est variable selon les approches pratiques, tandis que la performativité, elle, peut prendre différentes formes selon les théories qui la définissent ou les programmes à laquelle on la soumet. C’est là, par exemple, tout le dilemme intrinsèque au domaine des performance studies de faire cohabiter des théories et domaines variées aussi bien artistique, politique que social. Entre la performance linguistique chez Noam Chomsky, le performatif de J. L. Austin et l’art performance dans sa dimension ontologique chez Peggy Phelan, il y a tout un éventail de définitions. La performance linguistique signifie l’ensemble des énoncés linguistiques émis par un locuteur, tandis que l’art performance chez Phelan repose sur l’importance de la coprésence entre performeur et public ainsi que sur l’éphémérité. La performativité construit la réalité, comme celle du genre chez Butler, tandis que l’art performance conjugue de manière essentielle événementialité et réalité.


Si la question du faire reste primordiale dans tous les cas ; celle du présent est tout aussi déterminante: « Performance’s only life is in the present », affirme Phelan. La performativité linguistique de J. L. Austin et de J. R. Searle repose sur l’idée d’une action qui s’effectue par le langage ; elle n’est pas directement liée à l’art performance, pourtant le qualificatif « performatif » est souvent utilisé pour évoquer « ce qui a trait à la performance ». Est-ce un simple malentendu dans les termes ou bien y a-t-il quelque chose qui relierait la performance et la performativité ? Faut-il utiliser un autre terme comme « performantiel » pour décrire ce qui relève de l’art performance, tel que le propose David Zerbib ? Existe-t-il une « performantialité » qui dépasse la performance stricto sensu ?


L’objectif de cette journée d’études est d’interroger l’imaginaire contemporain de la performance et de la performativité qui imprègne les discours et pratiques actuelles en arts et dans d’autres domaines culturels et sociaux. L’ambiguïté entre les concepts, leurs subtiles distinctions ou leur partage évident, invite à penser l’intérêt pour le « faire » des représentations et les effets de présence. Mais d’où émane cet intérêt ? Et où mène-t-il ? Comment s’élabore-t-il dans les discours théorique, critique, artistique, dans des essais philosophiques, politiques ou de genres, dans les recherches intermédiales ou dans les œuvres? À quels espoirs,  impressions, attentes, calculs, répondent-ils?


Dans le cadre des activités du projet de recherche interdisciplinaire RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l'imaginaire contemporain), nous souhaitons questionner la performance et la performativité dans le but d’entamer une réflexion sur la manière dont ces notions engagent un rapport concret des représentations fictionnelles au monde. L’usage de ces notions semble répondre ainsi au soupçon de l’ère postmoderne qui, par l’ironie, la simulation et le brouillage entre le vrai et le faux, a épuisé la moindre prétention à agir concrètement dans le monde. Il s’agit de mettre en lumière ce qui conditionne l’imaginaire (ou les imaginaires) de la performance et du performatif. Les notions comme celles de la présence, de l’événementialité, de la théâtralité, de l’action, de la trace, de la représentation, du corps, du reenactment, de la réalisation ou de l’énonciation seront évidemment au cœur des réflexions.


Les communications s’inscrivent dans l’une des trois perspectives qui structureront la journée : D’ordre théorique, la première perspective est composée de présentations qui interrogent les notions de performance et de performativité, leurs usages, leurs significations, leurs similarités, leurs différences, leurs applications pratiques ou théoriques dans divers domaines. La seconde perspective réunit des présentations qui proposent des analyses de la performance ou de la performativité d’œuvres artistiques (tout particulièrement d’œuvres numériques), théoriques, critiques. Enfin, la dernière perspective, plus englobante, réunit les présentations qui interrogent les conditions sociales, culturelles, politiques, économiques, institutionnelles, etc. qui disposent l’imaginaire contemporain à la performance et à la performativité.

Bibliographie

— ATHANSIOU, Athanasiou et Judith BUTLER, Dispossession : The Performative in the Political, Cambridge, Polity Press, 2013.
— AUSLANDER, Philip (Dir.), Performance. Critical Concepts in Literary and Cultural Studies, 4 Vol., London & New York, Routledge, 2003.
— AUSTIN, John Langshaw, How To Do ThingswithWords, Cambridge, Harvard University Press, 1962.
— BARAD, Karen, « PosthumanistPerformativity : Toward an Understanding of How MatterComes To Matter », Signs, Vol. 28 No. 3, Spring 2003, p. 801-831.
— BAY-CHENG, Sarah, Chiel KATTENBELT, Andy LAVENDER, Robin NELSON (ed.), MappingIntermediality in Performance, Amsterdam University Press, 2010.
— BIRRINGER, Johannes H., Media & Performance Along the Border, John Hopkins University Press, 1998.
— BISHOP, Claire, « Delegated Performance : Outsourcing Authenticity », dans October 140, Spring 2012, Cambridge, MIT Press, 2012, p. 91-112
— BROADHURST, Susan, Digital Practices. Aesthetic and NeuroestheticApproaches to Performance and Technology, Basingstoke (England), Palgrave Macmillan, 2007.
— BUTLER, Judith, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.
— CARLSON, Marvin A., Performance : A Critical Introduction, London, Routledge, 1996.
— CITTON, Yves, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.
— CITTON, Yves, Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010.
— CULLER, Jonathan D., « Philosophy and Literature : The Fortunes of the Performative », PoeticsToday, Vol. 21 No. 3, 2000, p. 503-519.
— DIXON, Steve, Digital Performance: A History of New Media in Theater, Dance, Performance Art, and Installation, Cambridge, MIT Press, Coll. Leonardo, 2007.
— GADE, Rune, Performative Realism: InterdisciplanaryStudies in Art and Media, Museum Tusculanum Press, 2005.
— GOLDBERG, RoseLee, Performances. L’art en action, Paris, Thames and Hudson, 1999.
— GREWENDORF, Günther, Speech Acts, Mind, and Social Reality : discussions with John R. Searle, Dordrecht, Kluwer Academic, Studies in Linguistics and Philosophy, v. 79, 2002.
— HELBO, André (Dir.), Catherine BOUKO, Élodie VERLINDIN et al., Performance et savoirs, Bruxelles, De Boeck, 2011.
— JONES, A., Body Art/Performing the Subject, Minneapoli, University of Minnesota Press, 1998.
— JONES, A., «Présence» in absentia, Experiencing Performance as Documentation, Art Journal, Vol.56, nr. 4, hiver 1997. p.13.
— KIHM, Ch., «La performance à l'ère de son re-enactment », in Performances contemporaines, Art Press2, n° 7, nov. 2007-janv. 2008.
— KOZEL, Susan, Closer. Performance, Technologies, Phenomenology, Cambridge, MIT Press, Coll. Leonardo, 2007.
— LALONDE, Joanne, Le performatif du Web, Québec, La Chambre blanche, 2010.
— LYOTARD, Jean-François et Niels BRÜGGER, « What About the Postmodern ? The Concept of the Postmodern in the Work of Lyotard », Yale French Studies, No. 99, 2001, p.77-92.
— McCLEAN, Shilo T., Digital Storytelling: The Narrative Power of Visual Effects in Film, MIT Press, 2008.
— MCKENZIE, John, Perform or Else : From Discipline to Performance, London, Routledge, 2001.
— PENTCHEVA, Bissera V., « The Performative Icon », The Art Bulletin, Vol. 88 No. 4, 2006, p.631-655.
— SCHECHNER, Richard, Performance. Expérimentation du théâtre aux USA, Montreuil-sous-Bois, éditions Théâtrales, Coll. Sur le théâtre, 2008.
— SEARLE, John R., Speech Acts. An essay in the philosophy of language, Cambridge, Cambridge UniversityPress, 1969.
— SINAPI, Michèle, « La césure punk : questions sur la performativité », Champ psychosomatique, Vol. 51 No. 3, 2008, p.177-189.
— WEIMANN, Robert, « (Post)Modernity and Representations : Issues of Authority, Power, Performativity », New LiteraryHistory, Vol. 23 No. 4, 1992, p.955-981.
— WULF, Christoph, Une anthropologie historique et culturelle : rituels, mimesis sociale et performativité, Paris, Téraèdre, 2007.
 

Classification

Ajouter un commentaire