Cahiers Figura

Présentation: Errances

Année de parution:
2005

Si, comme le suggérait déjà Genette avec son premier Figures, la littérature «ne se dit plus qu’en termes de distance, d’horizon, d’univers, de paysage, de lieu, de site, de chemins et de demeure», qu’en est-il lorsqu’au coeur même des espaces de ce dire particulier vient se greffer le mouvement de l’errance? Et, à y regarder de plus près, les termes de ce dire littéraire ne jaillissent-ils pas eux-mêmes d’une autre errance, errare, qui les contraint à emprunter les chemins de l’erreur, préservés des vérités et ouverts au champ de l’imagination? C’est dire qu’entre la littérature et l’errance il n’y a qu’un pas, et un pas qui, contrariant l’esprit analogique, n’est pas forcément celui de la déambulation. Si celle-ci est bien une expression de l’errance, le rapprochement des deux phénomènes provoque une restriction sémantique qui nous amène à les considérer séparément. Alors qu’un récent recueil de la collection Figura réfléchissait sur les rapports entre la démarche déambulatoire et la création littéraire, il s’agira plutôt pour nous de saisir la question en amont et d’interroger les liens qui unissent les pratiques de l’errance à la production du sens.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
13
Langue du contenu:
Pour citer ce document:
Bouvet, Rachel et Myra Latendresse-Drapeau. 2005. « Présentation: Errances ». Dans Errances. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/presentation-errances>. Consulté le 20 avril 2019. D’abord paru dans (Bouvet, Rachel et Myra Latendresse-Drapeau (dir.). 2005. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. coll. Figura, vol. 13).
Fichier attachéTaille
cf13-1-l-drapeau_et_bouvet-presentation.pdf249.4 Ko