Cahiers Figura

«La musique, mon amour...». Écrire l'absence de la musique dans le défaut des mots

Année de parution:
2012

À plusieurs reprises, et plus particulièrement vers la fin de sa vie, Marguerite Duras parlera de la musique et de sa relation avec l'écriture.

J'aimais la musique avant tout [...]. Plus que tout. C'est pour ça que j'écris des livres. J'écris des livres dans une place difficile, c'est-à-dire entre la musique et le silence. Je crois que c'est quelque chose comme ça. Mais la musique l'a toujours emporté complètement. Mais j'ai raté toutes mes études de musique. On rate toujours quelque chose. J'ai raté la musique.1

De même, dans Écrire: «Je crois que si j'avais joué du piano en professionnelle, je n'aurais pas écrit de livres. Mais je n'en suis pas sûre.2»

Suite en format pdf.

 

Numéro de la publication:
31
Pour citer ce document:
Soraru, Isabelle. 2012. « "La musique, mon amour..". Écrire l'absence de la musique dans le défaut des mots ». Dans Poétiques de l'absence chez Marguerite Duras. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/la-musique-mon-amour-ecrire-labsence-de-la-musique-dans-le-defaut-des-mots>. Consulté le 24 avril 2019. D’abord paru dans (Boucher, Marie-Hélène, Eftihia Mihelakis et Martine Delvaux (dir.). 2012. Université du Québec à Montréal, Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 31, p. 31-48).
Fichier attachéTaille
cf31_soraru_3_2a.pdf321.46 Ko
Période historique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Figures et Imaginaires:
Classification