Cahiers Figura

«Détruire, dit elle.» Ruine et échec chez Marguerite Duras

Année de parution:
2012

Nous nous proposerons de concevoir l'oeuvre de Marguerite Duras comme une oeuvre de l'échec; un échec qui serait une condition de génération de l'oeuvre. Il n'est donc pas question que l'oeuvre durassienne soit manquée: il faut plutôt parler d'une esthétique de l'échec ou encore, plus précisément, d'une esthétique de la ruine, qui serait à la fondation même de l'oeuvre: «Au commencement il y a la ruine. Ruine est ce qui arrive ici à l'image dès le premier regard», écrit Derrida dans ses Mémoires d'aveugles. Ce «premier regard» engendrant la ruine est, dans l'oeuvre de Duras, le visage même de l'écrivaine et il est longuement décrit dans les premières pages de L'amant.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
31
Pour citer ce document:
Thisdale, Isabelle. 2012. « "Détruire, dit-elle." Ruine et échec chez Marguerite Duras ». Dans Poétiques de l'absence chez Marguerite Duras. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/detruire-dit-elle-ruine-et-echec-chez-marguerite-duras>. Consulté le 24 avril 2017. D’abord paru dans (Boucher, Marie-Hélène, Eftihia Mihelakis et Martine Delvaux (dir.). 2012. Université du Québec à Montréal, Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 31, p. 13-29).
Fichier attachéTaille
cf31_thisdale_2_2a.pdf303.74 Ko
Période historique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification