La recherche de l'OIC offre de nouvelles options!

Le moteur de recherche de l'OIC affiche des contenus tirés à la fois du site de l'OIC et des sites qui lui sont affiliés. Les résultats affichés seront ceux des contenus en provenance des sites de la famille de l'OIC. Il est possible de préciser la recherche à partir des facettes listées à gauche de l'écran.

Search results

Search results

Conference

Université Concordia

The Story of my First Translation. Me, Roland Giguere and the Canada Council of the Arts

Winkler, Donald
Dans le cadre de cette conférence, Donald Winkler présente son expérience de traduction des oeuvres poétiques de Roland Giguere. Notez que cette présentation prend la forme d'une discussion entre Donald Winkler et l'audience.
Figura Collection

Université du Québec à Montréal

Traduire le texte érotique

Publication Director(s):
Boulanger, Pier-Pascale
Volume:
32
La traduction du texte érotique est une tâche ardue parce qu'elle soulève la question des valeurs morales et littéraires rattachées à la représentation du sexe.
Gervais, Bertrand

Here not There: la traduction comme métaphore. «The Dialect of the Tribe» de Harry Mathews

Dans deux de ses textes, «The Dialect of the Tribe» et «Translation and the Oulipo: The Case of the Persevering Maltese», l’Oulipien américain Harry Mathews décrit les travaux du linguiste australien Ernest Botherby. Digne descendant du Bartleby de Melville et du Bartlebooth de Perec, Botherby est dit explorer quelques langues de la Nouvelle Guinée, dont le pagolak, langue orientée vers les processus plutôt que les objets, ce qui la rend pratiquement intraduisible («The Dialect of the Tribe»), ainsi que les langues oho et uha, les deux réduites à une seule phrase de trois mots, «Red makes wrong» pour la première et «Here not There» pour la seconde («Translation and the Oulipo»).

Pierrisnard, Yannick

Équivalences érotiques. Apollinaire traduit, Apollinaire traducteur

L'étude de la matière érotique permet d’envisager la traductologie sous un angle tout à fait original, comparé à l’appareil herméneutique habituellement utilisé dans le domaine de la traductologie littéraire. Ces deux disciplines demeurent jusqu’ici tributaires des réflexes de la traduction philosophique, essentiellement structurée par l’attention qu’elle porte à la notion de référent. De même, la traductologie plus particulièrement consacrée au domaine esthétique et poétique s’attache bien naturellement à maintenir un difficile équilibre entre l’équivalence signifiante d’une traduction vis- à-vis du texte original, et une relative isomorphie du style du premier auteur (pour employer la terminologie de Paul Ricœur).
Kraenker, Sabine
Tuomarla, Ulla

De «Passion simple» à «Se perdre», de «Passion simple» à «Pudhas intohimo»

«Se perdre» d’Annie Ernaux, publié en 2001, est le journal réel d’une passion amoureuse, celle qui avait inspiré le récit autobiographique «Passion simple». Le journal intime de «vérité crue» est ainsi à la base du récit paru lui en 1991. Le récit «Passion simple» a lui-même été traduit en finnois sous le titre «Puhdas intohimo» en 1996, titre que l’on pourrait traduire en français par «passion propre», propre dans le sens où il s’agirait dans le livre d’évoquer seulement la passion amoureuse, pure et exempte de tout autre sentiment. Notre objectif est de voir comment le journal décrit la passion amoureuse, comment le récit retravaille celle-ci et, enfin, comment la traduction en finnois la rééclaire dans une autre langue et une autre culture.
Ben-Ari, Nitsa

Demoiselle en détresse. Le modèle érotique préféré de la culture populaire hébraïque

Examiner la trajectoire des modèles érotiques les plus prisés dans la littérature populaire, y compris les romans de gare, d’une culture qui, pour des raisons exposées par ailleurs, a agrémenté l’image du «sabra puritain» donne un point de vue privilégié tant sur la littérature de grande diffusion (mainstream) que sur la littérature subversive. Le principal objectif du présent article consiste à examiner l’apport de trois manifestations du modèle de la demoiselle en détresse à la littérature populaire israélienne des années 1940 à la fin des années 1960.
Gouanvic, Jean-Marc

L'érotique en série noire. Sexualité masculine et non-violence

En marge des récits spécifiquement érotiques, toute une classe de textes effleure la représentation érotique du corps, en particulier les romans policiers de la Série Noire. Or il semble que Marcel Duhamel, le fondateur de la Série Noire, ait très tôt eu des réticences vis-à-vis de la sexualité explicite, du discours direct relatif au corps jouissant. Et on est quelque peu étonné à la lecture des romans traduits de l’anglo-américain après-guerre de l’hypersexualisation subreptice du texte du roman noir. Cette hypersexualisation passe par des personnages de jeunes hommes et de jeunes femmes qui sont des modèles de séduction et ne semblent être là que pour éveiller les désirs de ces mêmes protagonistes entre eux.
Branch, Andrew

La traduction fictive en tant qu'élément érotique dans le roman «Elles ne se rendent pas compte» de Boris Vian

En 1950, le court roman «Elles se rendent pas compte» parut en France, annoncé comme la traduction du quatrième roman de Vernon Sullivan, auteur afro-américain dont l’œuvre était trop controversée pour être publiée dans son propre pays. Le texte présente une version subversive du roman noir: le secours d’un jeune mondain qui se frotte à des personnages douteux dans un univers où l’homosexualité, le travestisme, et la supercherie des sexes soustendent les nombreuses aventures sexuelles des protagonistes.
14 items found