Symposium
Université du Québec à Montréal

Pop 2018: Genres, recyclage, franchises, fans

Wednesday 6 June 2018, 15:00 to Friday 8 June 2018, 17:00

 

Présentation du colloque

Le groupe de recherche Rêves en boucles, en collaboration avec Pop-en-stock et Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire, a réfléchi aux enjeux entourant la création, la reprise et la circulation de la culture populaire contemporaine à l’occasion de la deuxième édition du colloque international Pop, qui s'est déroulé les 6, 7 et 8 juin 2018 à l'Université du Québec à Montréal et au Théâtre Sainte-Catherine.

Consciente d’elle-même d’amont en aval, la culture populaire est aujourd’hui entrée dans une phase néobaroque (Calabrese: 1987) vouée au jeu de la réflexivité, de la réitération et de la reprise. Entre réinitialisation et mise à jour, entre reboot et remake, entre hybridité générique et métafiction, elle met en place de nombreuses stratégies afin de recycler les univers, personnages et motifs qui ont fait sa fortune depuis la fin du XIXe siècle. Au fil d’un travail de cristallisation de l’imaginaire, certains personnages (Sherlock Holmes, James Bond) se sont érigés en véritables mythes culturels ainsi que, plus amplement, certains mondes de fiction (le «Marvel Universe», la «galaxie lointaine, très lointaine» de Star Wars). Cette évolution mythopoétique est intrinsèquement liée à des stratégies commerciales qui ont fait de ces figures des grandes «franchises» de la fiction (et de l’imaginaire) que les corporations s’échangent désormais à coup de milliards de dollars. Jamais une telle quantité de ressources n’aura été consacrée à maintenir vivants ces êtres et ces lieux, ni de façon aussi méticuleusement planifiée.

La culture de la convergence (Jenkins, 2006), mise au point par ces multinationales transmédiatiques, vise en outre à maximiser la rentabilité de ces franchises en les déclinant à l’infini sur une multitude de supports sans cesse extensibles. Or, paradoxalement, la logique de la série de genre, qui avait fondé le succès de ces franchises, devient, elle, de moins en moins productive, à hauteur de fiction, sur le plan textuel, en raison de plusieurs facteurs: le déploiement rhizomique de certains univers de fiction qui rend difficile l’adhésion de nouveaux spectateurs (comment naviguer dans 75 ans d’aventures de Superman, par exemple ?); l’épuisement thématique provoquant sur le long terme une combinatoire narrative qui peine à produire des variations signifiantes (plus on connaît une série ou un genre, moins ils nous surprennent à la longue); les connaissances du public sur les séries elles-mêmes rendent périlleuse, esthétiquement et commercialement, la production naïve d’un nouveau récit de genre. La logique de contamination intrinsèque aux cultures populaires –autant mainstream que dans le cadre de pratiques plus marginales– conditionne des modalités de production (reprise, recyclage, narrations transmédiatiques, ludification des stratégies de vente) et de réception (lecture sous le mode de l’enquête, easter eggs, augmented reality games en ligne, etc.) novatrices. Ces modalités nous poussent à réévaluer certains concepts fondamentaux quant aux notions de transtextualité et de transfiction, ainsi qu’à analyser les modifications essentielles à apporter aux théories du récit et des univers de fiction dans le nouveau contexte de la création transmédiatique, globalisée, convergente et participative. Quelles histoires peut-on raconter aujourd’hui aux gens qui ont déjà entendu cent fois la même histoire? Inversement, pourquoi voulons-nous collectivement réécouter, en boucle, ces mêmes histoires?

Ce colloque était l’évènement de clôture de la programmation 2017-2018 du projet Rêves en boucles, recyclage en série. Réflexivité, réitération et reprise dans la fiction populaire contemporaine, programmation composée de trois journées d’étude. Ce colloque s’inscrit aussi à la suite du premier colloque international de Pop-en-stock qui a eu lieu en juin 2016.

 

Programme du colloque

Cliquez sur le titre d'une conférence / communication pour accéder à l'archive.

 

Grandes conférences

 

Séance - Genres

 

Séance - Recyclage

 

Séance - Franchises

 

Séance - Fans

 

Organisation scientifique du colloque

Depuis qu’elle a déposé un mémoire de maitrise intitulé «Mécanismes de Reproduction extraterrestre. Étude des dynamiques d’expansion transmédiatique et transfictionnelle de la franchise Alien» sous la direction d’Antonio Dominguez Leiva à l’UQAM, Megan Bédard s’attarde à la lecture des œuvres de la même franchise dans le cadre du projet de recherche Rêves en Boucles. En plus de publier sur la plateforme en ligne Pop-en-stock, elle collabore régulièrement aux podcasts Pop-en-stock et Les Amazones qui proposent un espace de réflexion sur divers sujets de la culture populaire. Elle débute un doctorat en sémiologie et tente tant bien que mal de quitter les xénomorphes pour s’intéresser à d’autres créatures hybrides : les aca-fans et leurs contributions aux cultural studies acutelles.

Jean-Michel Berthiaume est doctorant en sémiologie à l'Université du Québec à Montréal. Il est co-animateur du podcast Pop-en-stock sur les ondes de CHOQ, mais aussi de l'émission Le 7e antiquaire et Radio NT2.

Catherine Côté est étudiante au doctorat en études littéraires et auxiliaire de recherche au Laboratoire ALN/NT2 de l’UQÀM. Ses intérêts de recherche incluent la littérature d’horreur, la culture populaire et les écrits féministes. Elle a publié en février 2017, son premier recueil de poésie, intitulé Outardes, aux Éditions du Passage.

Détentrice d’un diplôme de maîtrise en recherche et création littéraire de l’Université de Montréal, Fanie Demeule rédige une thèse de doctorat en études littéraires à l’UQAM sous la direction de Samuel Archibald. S’inscrivant dans les études féministes et culturelles, ses recherches actuelles portent sur les figures de guerrières dans l’imaginaire contemporain. Elle codirige le groupe de recherche Femmes Ingouvernables et collabore à plusieurs publications, dont la plateforme Pop-en-Stock et le magazine Spirale. En 2016, elle publie un premier roman, Déterrer les os, aux éditions Hamac.

Sarah Grenier-Millette a complété une maîtrise en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal. Son mémoire portait sur la renaissance du mythe holmésien dans la série télévisée Sherlock (BBC, 2010-). Elle est aussi diplômée de l'Université de Montréal en gestion d'information numérique. Elle est coordonnatrice de l'Observatoire de l'imaginaire contemporain depuis 2015 et elle est co-éditrice de la revue en ligne Pop-en-stock.

 

Direction scientifique

Samuel Archibald est chercheur régulier à FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Il a aussi fait partie du programme de recherche interdisciplinaire RADICAL (CRSH Savoir 2012-2018). Il est également le directeur, avec Antonio Dominguez Leiva, de Pop-en-Stock, le bazar d’études sur la culture populaire, et chroniqueur à l’émission Médium Large de Radio-Canada. Depuis 2009, il est professeur à l’Université du Québec à Montréal, où il enseigne et étudie le roman policier et de science-fiction, le cinéma d’horreur, la culture populaire contemporaine et la création littéraire. Il est l'auteur de l'essai Le texte et la technique. La lecture à l'heure des médias numériques (Le Quartanier, 2010). En 2011, sa première œuvre de fiction, Arvida, remporte le Prix des Libraires, le Prix Coup de Cœur Renaud-Bray 2011 et Prix des lecteurs et du prix littéraire du Saguenay—Lac-Saint-Jean. Il est aussi l’auteur de l’essai Le Sel de la terre. Confessions d’un enfant de la classe moyenne (Atelier 10, 2013), de la novella Quinze pour cent (Le Quartanier, 2013) et de la pièce de théâtre Saint-André de l'Épouvante (Le Quartanier, 2016).

Antonio Dominguez Leiva est chercheur régulier à FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. a été maître de conférences habilité à l’Université de Bourgogne avant d’être professeur à l’Université du Québec à Montréal. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire culturelle de la cruauté et de l’érotisme, dont Décapitations, du culte des crânes au cinéma gore (PUF, 2004), Esthétique de l'éjaculation (Murmure, 2012) etMessaline, impératrice et putain. Généalogie d'un mythe sexuel (Murmure, 2014) ainsi que les co-éditions de Le supplice oriental dans la littérature et les arts (Murmure, 2005) et Délicieux supplices, érotisme et cruauté en Occident (Murmure, 2008). Il s’est aussi intéressé à l’histoire des frontières du réel (La vie comme songe. Une tentation de l'Occident, EUD, 2009), le Manuscrit trouvé à Saragosse (Laberinto imaginario de Jan Potocki, UNED, 2000) et la biographie collective des surréalistes (Sexe, opium et charleston, Murmure, 2007-2011) et a écrit plus d’une cinquantaine d’articles sur des sujets aussi variés que les mangas, les zombies, le mexico-terror, l’onanisme féminin ou les putti. Il est aussi scénariste et romancier, avec notammentLos Circulos (Saymon, 2010) et la série de El Hombre de los 21 Dedos (Planeta Booket, 2012).

 

© Crédit de l'image de couverture: Sandra Chevrier

To cite this document:
Bédard, Megan, Jean-Michel Berthiaume, Catherine Côté, Fanie Demeule, Antonio Dominguez Leiva, Samuel Archibald and Sarah Grenier-Millette, (org.). 2018. Pop 2018: Genres, recyclage, franchises, fans. Symposium hosted by Pop-en-stock / Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal / Théâtre Sainte-Catherine, 6, 7 et 8 juin 2018. Document vidéo. Available online: l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/en/evenements/pop-2018-genres-recyclage-franchises-fans>. Accessed on April 22, 2019.